Anti Viagra: septembre 2008

30 septembre 2008 

Toutes les Femmes fantasment

96 % des Françaises avouent aussi avoir des fantasmes. Et c’est tant mieux, selon la passionnante enquête du docteur Mimoun : « Ce que les femmes préfèrent » . Faire l’amour avec un inconnu ou une star reste un classique.

A SES PATIENTES embarrassées qui lui répondent : « Non docteur, je n’ai pas de fantasmes », Sylvain Mimoun réplique toujours en souriant : « On sait bien que tout le monde rêve, même ceux qui ne se souviennent de rien au réveil. Les fantasmes, c’est pareil : vous en avez forcément ! » Pour ce gynécologue qui publie aujourd’hui « Ce que les femmes préfèrent »*, une enquête très dense consacrée au désir féminin, le fantasme est même le plus discret et le plus indispensable allié des femmes épanouies. A condition d’oser lâcher la bride à ses pensées et de rester dans l’imaginaire.

Un formidable stimulant féminin. « Le fantasme, c’est une caresse de l’esprit, explique le docteur Mimoun. Les femmes aiment les caresses. Il ne faut pas qu’elles aient honte ou qu’elles culpabilisent : ces scénarios imaginaires sont sains et très utiles pour stimuler leur désir. » Surtout quand on sait à quel point ce désir est fluctuant, bousculé par les hormones ou écrasé par la fatigue du quotidien… L’éducation joue aussi : les jeunes femmes plus libres culpabilisent moins de laisser leur imagination vagabonder, sauf… lorsqu’elles sont dans les bras de leur compagnon. « Elles ont le sentiment de le trahir, au début. Et puis, avec le temps, elles se rendent compte que ce n’est pas ça, trahir. » Selon lui, toutes les femmes ont au moins un fantasme bien à elles, lequel peut durer des années, enrichi avec l’expérience de petites variantes plus élaborées.

Un « top 5 » très classique. N’en déplaise à ceux qui imaginent les fantasmes de la femme « moderne » totalement débridés, l’enquête de Sylvain Mimoun révèle des scénarios récurrents plutôt classiques. « L’idée générale, c’est quelque chose qui s’impose à elle, dont elle n’est pas vraiment responsable : Mon corps est débordé par cette envie. » Ainsi la peur d’être surprise est un grand classique (bureau, cinéma, ascenseur), avec un parfait inconnu (plus souvent convoqué que Brad Pitt), un homme au statut professionnel mythique (pilote, prof, médecin…) et même parfois une femme (sans que cela soit le signe d’une homosexualité refoulée). La nature est omniprésente dans ces rêves éveillés : sous l’orage, dans le sable, dans la neige… La femme s’imagine aussi fréquemment forcée à faire l’amour : « C’est un fantasme déroutant : elles se demandent si elles sont normales. Mais cela n’a rien à voir avec un vrai viol : ce sont elles qui mettent en scène. »

Une réalité bien distincte. Les femmes peuvent bien rêver d’une étreinte sauvage avec un inconnu sous une porte cochère, dans la vraie vie elles demandent surtout de l’attention et des attentions : un compagnon à la fois tendre et viril qui la connaisse, s’adapte à son rythme, sache la surprendre sans lui imposer quoi que ce soit… et surtout pas de lui raconter ses fantasmes. « C’est son jardin secret. Il peut arriver qu’un fantasme confié à l’autre se transforme en jeu sexuel à deux mais, d’une manière générale, quand on passe à l’acte, on n’est plus dans le fantasme et on s’en lasse très vite, conclut Sylvain Mimoun. Les plus épanouies, au fond, sont les femmes qui ont une vie sexuelle simple et joyeuse… secrètement nourrie par une imagination débordante ! »

* « Ce que les femmes préfèrent », de Sylvain Mimoun avec la collaboration de Bernadette Costa-Prades, Albin Michel, 15 €.

Source : Le Parisien

Libellés : , , , ,

Auteur

Webzapping

Espace Détente

Sexy Blogs

Réflexions

Trucs et Astuces

Business Blogs

Cool Blogs

Video Blogs

Explicit Blogs

Anti Blogs

Myspace

La pensée du jour



Abonnez-vous au Flux RSS de Anti Viagra